Postquam videt illos queri de avaritia magistratuum, accusare senatum quod nihil auxilii, qui seulement pflt (pourvu qu'il put) etre. Engagement. opibus conjurationis, simul existumans alienum suis rationibus videri communicavisse cum'servis fugitivis causam civium. Ceteri dant suspicantes nihil; Cassius pollicetur semet brevi venturum eo, ac proficiscitur ex urbe paulo ante legatos. Ciceron cite cette mSme lettre en termes un peu differents dans la troisieme Catilinaire; or chez lui la citation doit Stre plus exacte, faite pieces en mains. Peut-Stre avait-il encore en vue les recoltes intellectuelles de la. II part pour le camp de ses complices, non sans oharger quelques conjures de poursuivre dans Rome m8me 1'execution de ses desseins. Operae pretium est, quum domos atque villas cognoveris 2 in urbium modum exaedificatas, visere templa Deorum, quae nostri majores, religiosissumi mortales, fecere. Laquelle oirconstance mime semble a moi parmi les premieres ■ avoir ete un motif de hater le crime (la coYijuratjon) : car cette &me impure, haie des Dieux et des hommes, ne pouvait §tre calmee ni par les veilles. — 2. XLII. respectez la dignit£de Lentulus, si lui-mSme a jamais respecte sa pttdeur ou son honnettr, les Dieux ou les hommes! Bt d'abord les jeunes Romains supportaient a la fois fatigues et oombats, se formaient a la milice au milieu des camps par la pratique meme, et se passionnaient plus pour de belle3 armes et des ohevaux bien dresses que pour des courtisanes ou 'des festins. Le titre d'itnpera(or, decerne au general vainqueur soit par ses soldats soit par le sSnat, se gardait jusqu'au jour du triomphe. un autre d'autre fapon (chacun d'une fail est incroyable a §tre rappele eombien aisement ils se fondirent en une seule nation. conjurationis fretus, simul alienum suis rationibus existumans videri causam civium cum servis fugitivis communicavisse. Title : Salluste. LII. Inermos. Sed mihi legenti multa, audienti multa facinora prssclara qns3 populus Romanus fecit domi militiseque, mari atque terra, lubuit forte attendere, qua3 res maxume sustinuisset tanta negotia. Page 10 : 1. vers cette epoque chaoun commenpa a relever la tete et a produire plus volontiers au dehors les ressources de son g£nie. Lorsqu'on fut venu la, cToii le combat put Stre engage' par les gens-de-trait, ils s'elancent avec un tres-grand cri avec leurs enseignes ennemies : ils laissent-de-oote les javelots ; 1'affaire se passe avec les epees. ,: XXIII. Par ces deux moyens, : par 1'intrepidite a la guerre, par 1'equite. Les vSterans, fideles a leur anoienne bravoure, serrent vivement de pres leurs adversaires; ceux-ei resistent avec intrepidite' : la lutte est des plus acharnees. les cceurs des hommes; lequel vice du moins etait plus pres de la vertu. quod negotiatus in Gallia, evat notus plevisque pvincipibus civitatium atque novevat eos. L'abolition des dettes entrainait comme consequence celle des vieilles tablettes, ou eiaient ecrits les vieux comptes , et la confection de lablettes nouvelles pour reoevoir les nouveaux qui allaient s'ouvrir. Mais qnoique vous [cas de) ces bldmes, vous pesiez de peu Aepoids (faisiez peude du moins la republique etait forte : 5» puissance tolerait sans danger volre insouciance. Huic ab adolescentia bella intestina, casdes, rapinse, discordia- civilis, fuere grata ; ibique exercuit suam juventutem. ' Enfin, epris d'amour pour-Aurelia Orestilla, dont jamais homme de biennelouaquelabeaute, comme elle hesitait a l'epouser parorainte d'un fils deja grand qu'il avait d'un premier lit, on regarde comme certain qu'il ^carta par le meurtre de ce fils l'obstacle qui fermait sa maison aces noces abominables. Interea, repudiabat servitia, cujus magnse copise conourrebant ad eum initio, fretus. Page 84 : 1. L'Espagne ulterieure et la citerieure, ainsi nommees de leur position relativement aux Romains, comprenaient: lapremiere, laBetiqueetlaLusitanie, le Sud et l'Ouest; la deuxieme, tout le reste. C. Cwsari. « Caius Cesar un peu auparavant a discouru devant cet ordre (le senat) bien et avec-art sur la vie et la mort, presumant faux, je orois, ce qui est rapporte sur les enfers : 7, de inferis memorantur : diverso itinere malos a bonis loca tetra, inculta, foeda atque formidolosa habere'. . au dehors 1'argent d'-autrui (les dettes) ; XXI. XVIII. — 5. xxvm , Sullani coloni), les soldats qui avaient servi sous Sylla et avaient recu de lui des terres, notamment en Etrnrie. ce qui a-coutume de se faire en general dans toute affaire tres-grave, le senat decr^ta. Tous deux en effet nourrissaient oontre Cesar de profondes rancunes : Pison avait ete vivement attaque 1 par lui dans une affaire de ooncussion, a propos du supplice injuste d'un Gaulois de la Transpadane; et Catulus lui en voulait mortellemerTt depuis le jour oii, candidat a la dignite de grand pontife , il s'etait vu, a un ftge fort avance et apres avoir ete revgtu des plus hautes fonctions , supplant^ par Cesar encore tout jeune. « Impevatov, testamuv Deos hominesque nos cepisse avma nequecontva patriam, neque quo faoeremus periculum aliis, sed uti nostra corpora forent tuta ab injuria; qui miseri, egentes, violentia atqne crudelitate foeneratorum, sumus expertes plerique patria, sed omnes fama atque fortunis. II etait fils du celebre oratettr Marc-Antoine et oncle du triumvir. naque habetur. Mais des que Tarquinius a nomme Crassus, personnage illustre par sa naissance , par sa prodigieuse fortune, par son immense oredit, les uns, regardant la chose comme inoroyable, les autres, persuadcSs qu'elle est vraie, mais jugeant d'ailleurs plus prudent en pareille oonjonctuve de calmer que d'irriter un homme si puissant, la plupart enfin, tout devouesa Crassus par suite d'obligation s personnelles, tous d'un commun acoord crient au faux temoignage, et demandent qu'il en soit refere sur cette affaire. Beaucoup d'adjectifs avaient les deux formes: imbecillis et imbeclllus, exanimis et exanimus, etc. Et d'abord Catilina adolescent avait fait. XVI. La prison de Rome avait etebatie surle flanc du mont Capitolinpar Anctts Maroius. An, et si resolu, n'a consult^, dans tout ce qu'il a dit, que son zele pour la chose publique, et qu'en une circonstance aussi grave il ne connalt ni faveur ni haine : j'en ai pour garant sa conduite, sa moderation habituelle. Haec juventutem, ubi familiares opes defecerant, ad facinora incendebant: animus imbutus malis artibus haud facile lubidinibus carebat: eo profusius omnibus modis queestui atque sumptui deditus erat. Jampridem equidem nos vera rerum vocabula amisimus, quia bona aliena largiri liberalitas, malarum rerum audacia fortitudo vocatur; eo respublica in extremo sita. Grece, quand il ecrivait quelques lignes plus bas : At populo Romano nunquam ea copia fuit. De me"me dans toutes les guerres puniques, bien que les Carthaginois eussent maintes fois, soit pendant la paix soit pendant les trSves, commis les actes les plus revoltants, jamais nos ancetres n'userent de represailles a l'occasion, plus jaloux. Relié demi-cuir. Cet accusatif depend plus logiquement que grammaticalement, grammaticalement disserere, amene par les incidences quomodo quantum. Salluste n'hesite pas a. changer et ses regimes et ses constructions dans une mSme phrase. II est aise, d'apres eette base, d'etablir l'evaluation totale. Parce qu'au contraire la peine est plus legere ? Le premier designe proprement. Lucius Sergius Catilina, conspirateur romain, né vers 109 avant notre ère, mort en -62 était un noble déclassé qui avait toutes les qualités et les vices d'un chef de bandes. View a map of the most frequently mentioned places in this document. aluntur sine oura turba atque seditionibus, quoniam egestas habetur facile sine damno. Relié Lettres de Salluste à César (1865) de Salluste et Charles Durosoir. LVI. Pour moi, je vois dans ce meuftre une des causes principales qui haterent la conjuration : cet etre impur, r^prouve des Dieux et des hommes,. — 3. II semble qu'il y ait quelque naivete a dire que le denument ne diminue pas les desirs de la cupidite. 5. — 4. Peu apres Catilina, accuse de concussion, n'avait pas ete' libre de sollioiter lecbnsulat, fatited'avoirpusemettresur les rangs, aut alia necessitudo. : quibus copia erat vivere in otio vel magnifice vel molliter, malebant ineerta pro certis, bellum quam pacem. » XXI. Binosgue imperatores. Ingenuus. nisiipsi vindicamusnosmet in libertatem. Discours de Cesar oontre la peine de mort. vocato senatu, refert quid de his fieri placeat, qui in custodiam traditi erant: sed eos paulo ante frequens senatus judicaverat contra rempublicam fecisse. Scilicet res est aspera'; sed vos non timetis eam. mais d'autres lois aussi ordonnent la vie ne pas etre arrachee, mais 1'exil etre permis aux oitoyens condamnfe. Degoflte de cet essai, et jugeant d'ailleurs indigne d'uti homme libre de s'adonner a 1'agriculture, a la chasse, etc, il s'est voue aux travaux litteraires et a resolu de raconter successivement les faits les plus meraorables de 1'Histoire romaine. Page 8 : 1. XLVI. Nouveaux details sur les menees des conjures dan3 Rome: distribution des r61es; impatience de Ceth^gus. Fac cogites 2 in quanta calamitate sis, et memineris te virum : consideres quid tuee rationes postulent: auxilium petas ab omnibus, etiam ab infimis. Page 60 : 1. Parricidam. LX. Auxquels leurs riohesses semblent a moi avoir ete a j ouet: puisque, elles qu'il etait-possible de posseder honorablement, ils se hataient d'e» user-follement aveo boote pour eux. Attjourd'hui 1'Algerie, etles royaumes de Fez etdeMaroc. Ce L. Bestia, quoique tribun, etait senateur (voy. 1'audace est eue en guise de (sert de) remQuand je vous considere, soldats. Tullianum. In novo consilio. Vous savez assurement, soldats, quel-grand desastre [tulus. 78 132 139 142 144 146 Carmen de … XXXVIII. XIV. Ce discours acheve^ apres un intervalle de quelques instants, il fait sonner la marohe et desoend sur un plateau a la tSte de ses lignes en bon ordre : la, il retire tous les ohevaux, pour augmenter 1'ardeur des soldats par 1'egalite du peril, et, a pied lui-mSme, forme son armee en bataille d'apres les convenances du terrain et du nombre. In civitate tanta tamque corrupta, Catilina. Car en vain on a pretendu qyVoptimus etait un eloge vague, equivalant a Vhonorable de nos Chambres : oui et non ; oui, dans la bouche d'un orateur citant un preopinant; non, chez un historien qui raconte, et quand l'ensemble des idees fait porter 1'emphase sur 1'epithete. Catilina, voyant qn'il etait enferme par les montagnes et par les troupes ennemies, qu'a Rome les affaires allaient mal, qu'en ttn mot il ne ltti restait plus d'espoir ni de s'eohapper ni d'Stre seoonru, jugea qu'en pareil cas le meillfiiu parti <5tait de tenter la fortune de la guerre, et resolut d'en venir le. Ce mot de familia designait l'ensemble des esclaves (famuli) d'nn maitre; oe n'est que par extension qu'ilest pris parfois dans le sens de notre mot famille, paroe que, ohez les Romains, tousles membres de la famille (femme, enfants, petits-enfants) ^taient les premiers esclaves du chef ou pere. Et ici, puisque l'occasion m'a amene a parler des mceurs publiques, mon sujet meme semble m'inviter a reprendre de plus haut, a exposer en peu de mots les principes qui guiderent nos ancetres soit en paix soit en guerre, a faire voir oe que fut la Republique entre leurs mains, combien ils la laisserent florissante, et comment, degenerant peu a peu. At ex altera parte C Antonius, pedibus aeger 7, quod prcslio adesse nequibat, M. Petreio 8 legato exercitum permittit. » Haec ubi dixit, Allobroges in maxumam spem adducti Umbrenum orare uti sui misereretur: nihil tam asperum neque tam difficile esse, quin cupidissumefacturiessent, dum ea res civitatem aere alieno liberaret. — II. Ainsi surnomme pour la promptitude avec. — 6. Domus et quelques antres sont restes des deux a la fois. Cependant Q. Melellus Celer etait en surveillance aveo trois legions dans le Pioenum, pr&umant bien, d'apres les difficultSs de la position , que tels etaienten effet lesdesseins de Catilina. Cethegus, de son cote, faisait oonjurer par des emissaires ses esclaves et ses affranchis, troupe choisie et exercee en vue des entreprises les plus audaoieuses, de se former en corps et de se faire jour jusqu'a lui les armes a la main. Osons seulement commencev; le reste s'acheveva de soi-m6me. La conjuration comptait en outre dans la no • blesse bon nombre de partisans un peu plus seorets, entraines plutot par 1'espoir de dominer que par 1'indigence on par toute autre neces-. Apres la conquSte, les Romains donnerent ce nom a tout petit prince tributaire. potest oredi pro vero : ubi hoc exemplo, per decretum senati, consul eduxerit gladium, quis statuet finem aut quis moderabitur ? — 3. Quam, uni ou separe, ajoute a la valeur du mot auquel il s'adjoint (quam primum, quam maxime, etc). si quis etiam vacuus a culpa inoiderat in amicitiam ejus, usu quotidiano atque illecebris efficiebatur facile par similisque ceteris. Tandis que cela se passe a Rome, Caius Manlius. — 3. Postquam hi convenere in una moenia, genere dispari, lingua dissimili, viventes alius alio more, est incredibile memoratu quam facile . On a dejS, vu Manlius a Fesules (xxiv); mais depuis il etait venu a Rome appuyer la candidature deCatilina. devoir Stre rendu-public (confisque), eux-mSmes devoir Stre tenus dans les fers repartis parmi les municipes qui sont-forts le plus en ressources : ou (et) que nul ensuite au sujet d'eux ne refere au senat, ou n'aglsse avec le (aupres du) peuple : quieonque aura fait autrement, le senat juger dis d present lui devoir agir alors contre la republique et le salut de tous. Moi, Peres Conserits, je trouve ce motif, silium capiamus, in primis magnam puto : profecto virtus atque sapientia major in illis fuit, qui ex parvis opibus tantum imperium fecere, quam in nobis, qui ea bene parta vix retinemiis. Les insenses me semblent s'etrejoues de leiirs richesses : ils poiivaient en jouir honorablement, ils se haterent d'en ahuser. LIV. Mais quand leur puissance, accrue de citoyens, de moeurs polies, de terres, semblait dejd assez prospere et assez florissante, comme se passent la plupart des choses des mortels. Pour moi, frappe^ de tout ce que je lisais, de tout ce que j'entendais rapporter des aotes remarquables du peuple romain en paix comme en guerre, sur mer comme sur terre, le d&ir me prit de rechercher attentivement quelle avait et<5 la principale base d'un si magnifique (Sdifice. Adolescentia juventutem. Des que ces faits sonl sus a Rome, le senat declare ennemis publics Catilina et Manlius; fixe un jour, au reste de la multitude, avant lequel il lui fflt-permis [armes) de s'eloigner de ses armes (mettre bas les sans danger de punition, excepte' aux condamnes pour cvimes capitaux. plus tot possible aux mains aveo Antonius. V. Lucius Catilina, nobili genere natus\ fuit magna vi et animi et corporis, sed ingenio malo pravoque. iv; et, d'une maniere absolue, les perils. Toutefois les regles grammatieales etant fondees sur 1'usage le plus ordinaire, le mieux est toujours de les suivre. Nunc Orestillam commendo tuaeque fidei trado: eam ab injuria defendas, per liberos tuos rogatus. XLVIII. » Natnrellement fougueux, violent, entreprenant, il regavdait la oel&ite oomme la pvemiere des qualit^s. Mais dejii precedemment tousvousavezentenduchacun-de-son-c6tc4 lesprojels que moij'ai:igitesenmonesprit. — 4. Sed primo ambitio magis quam avaritia exeroebat animos hominum; quod vitium tamen erat propius virtutem. Les tribuns, aunombre de, six par legion, commandaient a tour de r61e la legion entiere pendant un mois; en cas de bataille, chacun avait sous ses ordres dix des soixante centuries dont elle se oomposait. Nam exercebant uterque gravesinimicitias cumillo: Piso oppugnatus in judicio, propter supplicium injus" eujusdam Transpadani; Catulus incensus odio ex petitione pontifioatus, quod, astate extrema, usus maxumis honoribus, disoesserat victus ab Csesare adolescentulo. II est dans la prison, en montant un peu sur la gauohe, un endroit qu'on nomme le Tullien, enfonce d'environ douze pieds dans le sol : cet endroit est de tous c6tes entoure de murs epais, etsurmonte d'une vofite formee d'arcs de pierre; malpropre d'ailleurs, tenebreux, fe" tide, il est d'un aspect repoussant et.terrible. Sed ea tempestate coepere se quisque extollere , magisque ingenium in promptu habere. Mais des que le travail a fait place a la paresse, la moderation et 1'esprit d'egalit^ au caprice et a 1'orgueil, la fortune change avec les moeurs. a en soi 1'amour de 1'argent, que personne de sage ne desira jamais : c'est elle qui, oomme imbue de poisons funestes, effemine le corps et l'ame virile; elle est toujours illimitee, insatiable; elle »'est diminufe ni par l'affluence, ni par le denflment. Hujuscemodi. Neque inopia. — 2. « Mais au-fait, dira-t-on, qui blSmera ce qui aura et£ decrete' contre des parricides de la republique ? Des que Catilina voit reunis autour de lui tous oeux que j'ai nommes un peu plus haut, oonvainou, malgve les nombreuses conferenoes qu'il a deja eues avec chacun d'eux isoletnent, qu'il peut §tre bon d'adresser a tflus une exhortation eh commun, il se retire, in Hispaniam citeriorem, Crasso adnitente, quod cognoverat eum infestum Cneio Pompeio. Ceterum animus^mihi accenditur magis in dies, quum considero qua; conditio vitas futura sit. Car dans ces temps,- pour que je dise-entierement le vrai en peu de mots, tous ceux qui agiterent la republique. — 4. LII. laquelle, a la mort de son pere, il avait organise et donne au peuple des jeux magnifiques. ». Postremo captus amore Aurelia3 Orestillaa, cujus bonus laudavit nihil unquam, proster formam, quod ea dubitabat nubere illi, timens privignum setate actulta, creditur pro certo, filio necato, feeisse domum vacuam nuptiis soelestis. Forme abregee de Patres et Conscripli : lorsque, apres 1'expulsion de Tarquin, Brutus avait designe de nouveaux senateurs pour remplaoer ceux qu'avait fait perir ce prince, on avait laisse aux anciens le nomde Patres etdonnS aux nouveaux celui de Conscripti (enroles avec les autres); de la 1'usage de s'adresser a lafois aux uns et aux autres par cette formule : Peres (et) Conscrits. la cause de la conduite-extvaordinaire de. Dans une cite' si-grande et si corrompue, Catilina. De cujus hominis moribus pauca prius explananda sunt, quam initium narrandi faciam. V. Luoius Catilina, natus genere nobili, fuit magna vi et animi et corporis", sed ingenio malo pravoque. Precedemment deja une autre conspiration avait et^ form6e par quelques m^contents, parmi lesquels Catilina : j'en dirai quelques mots avec toute la v^rite possible. — 2. Scieham. Prieterea juventus, qua; toleraverat inopiam in agris. sed aliena a republica nostra videtur. — VIII. — 8. XLIX. Joiguez a ces exces la passion non moins violente de la d^bauche, des orgies, du vioe sous toutes. Misereamini censeo , etc. •— 5. En consequenoe le sehat, consulte pav Ciceron, decrete aun nombre de voix considerable: « Que la deposition de Tarqninius lui semble fausse : qu'il sera retenu dans les fers, et qu'il n'obtiendra plus de parler desormais, a moins de declarer a 1'instigation de qui il a avance une si grande faussete. Your current position in the text is marked in blue. » Quum adderet ad hoc alia malediota, omnes obstrepere, vooare hostem atque parrioidam. Sallust: De Coniuratio Catilinae – Kapitel 8 – Übersetzung. Itaque Q. Fabio Sangae, cujus patrocinio civitas plurimum utebatur *, rem omnem, uti cognoverant, aperiunt. Nam in fuga salutem sperare, riger nos pas, c'est avec le fer qu'il faut nous ouvrir ttne route. — 3. el aussi dans le territoire Pioentin, le Bruttium, et 1'Apulie : car ceux que Catilina avait envoyes auparavant se mirent d faire tout a la fois inconsiderement et comme par demence; par des reunions nocturnes, par des transports d'armes-defensives et d'armes-offensives en s'empressant-etourdiment, en mettant-en-train tout d la fois, ils avaient produit plus d'effroi que de danger. Ton deVouement insigne connu par le fait (1'experience) donne a ma recommandation actuelle une confiance. VII. vi) que des Etats republicains, et ne de.signe meme en aucun cas cette forme speciale de gouvernement que nous avons nommee Rcpublique. Sed postquam res eorum civibus, moribus, agris aucta, satisprosperasatisquepollens videbatur, sicuti pleraque. Mais, par les Dieux immortels, pourquoj n'as-tu pas ajout£ - a ta sentence, qn'au prealable il fut siSvi contre enx par des coups? Decrets de sfirete publique. Non agitur de vectigalibus, non de sociorum injuriis : libertas et anima nostra in dubio est. Quantum brevi. Item bellis Punicis omnibus, quum saepe Carthaginienses et in pace et per inducias 6 multa nefaria facinora fecissent, nunquam ipsi per occasionem talia fecere : magis, l'esprit demele diffieilement la verite, des qu'il est offusque' par quelqu'un de oes sentiments, et jamais mortel ne servit en mgme temps sa passion etson inter§t. — 3. Quelques-uns pensaient et ces details, et beaucoup en outre, avoir ete imagines par ceux qui croyaient la haine de (contre) Ciceron, qui e^clata plus tard, gtre adoucie par 1'atrocite du crime de ceux qui avaientdonneTexpiation due. — 5. Ab his centuriones omnes lectos et evocatos 2, praeterea ex gregariis militibus optumum quemque armatum 3 in primam aciem subducit. SALLUSTE, BELLUM CATILINAE 179. sur un type d'écriture théâtrale radicalement différente de celle des poètes grecs »27. De plus, il fait venir Gabinius, pour donner plus d'autorite k ses paroles: lui present, il revelele secret de la conjuration et nomme les conjures, sans compter une foule de gens de toute espece qui n'y ont aucune part, pour donner plus de coeur aux deputes ; puis il re^oit d'eux la promesse de leur concours etles congedie. LIII. Agitabalur. XVI. Quod si regum atque imperatorum animi virlus in pace ita uti in bello valeretB, eequabilius atque constantius sese res humanaa haberent, neqiie aliud alio ferri. Avis divers. Page 56 : 1. L on a deja vu : liberti et pauci ex clieniibus Leniuli; et nn peu apres : Familiam atque libertos. Toutes ces mesuves prises, Catilina n'en sollicitait pas moins vivement le consulat ponr l'annee suivante : il se flattait, s'il etait une fois designe', de faive sans peine ce qu'il voudvait d'Antonius. p. 30, n. 7 et p. 22. n.4. Page 100 : 1. Lorsque Cesar eut fait fin (fini) de parler, tous-les-autres [mot, donnaient-Zeur-assentiment d'un simple en-sens-divers. La pensee de Salluste, elliptique, et par suite un peu obscure, est celle-oi : Dans les premiers temps, la cupidite 4tant presque inconnue aux mortels, la guerre etait rare; les rois pouvaient donc, au point de vue de l'art militaire, exercer a peu pres indifferemment, les uns l'ame, les autres le corps, et la ques-. Antonius de son c6te n'6tait pas eloign<5 : a la tSte d'une forte armSe, il serrait do pres, sur un terrain plus uni, des fuyards dont rien pouitant n'entravait la course. D'abord pourtant, ce fut plut6t l'ambition que la cupidite qui travailla les esprits, et ce vice du moins ressemblait davantage a une vertu. — IX. 4,55 € OEUVRES DE SALLUSTE, TEXTE LATIN, LA GUERRE DE JUGURTHA ★ ★ ★ ★ ☆ 8,3/10. Souvent les ancetres de vous, ayant eu-pitie du peuple de-Rome, sont venus-en-aide a sa misere par leurs decrets; et tout-recemment de notre memoire (temps), a. cause de 1'enormite de 1'argeut d'-autrui (des-dettes), 1'argent. » A ces mots les Allobroges, animes des plus belles esperances, supplient Umbreiius d'avoir pitie d'eux: il n'est rien de si p&iible, vien de si difficile, qu'ils nebrfllent d'entvepvendve, s'ils peuvent affranchir par Ik leur citci de ses dettes. — 4. Quae quidem res mihi in primis videtur causa fuisse facinoris maturandi : namque animus impurus, Dis hominibusque infestus, neque vigiliis neque quietibuss sedari poterat : ita conscientia mentem excitam vastabat. tendere insidias consuli, parare incendia, obsidere looa opportuna nominibus armatis; a ce qn'il ne pensat plus contrairement aux interets-publios ; il avait en secret autour de lui, avaient abouti funestes et honteux. LVIII. XIV. — 4. Concitatus injuriis contumeliisque, quod privatus fvuctu laboris industriseque mea; non obtinebam statum dignitatis. Me Dius fidius, ecrit souvent aussi medius ftdius. connaissance de Le passe seul a sottvent le sens de connailre. Quand il voit eux se plaindre de 1'avidite des magistrats, aocuser le senat de ce que rien de (aucun) seoours. — 4. Atque ego haec non in M. Tullio, neque his temporibus vereor; sed in magna civitate multa et varia ingenia sunt. Ille factus elarus mansuetudine et misericordia; LIV. Ssspe plebes ipsa, permota, aut studio dominandi, aut superbia magistratuum, armata secessit a patribus. exercitum, quem in Asia ductaverat, quo sibi fidum faceret 1, contra moremmajorum luxuriose nimisque liberaliter habuerat: loca amoena, voluptaria, facile in otio feroces militum animos mblliverant: ibi primum insuevit exercitus populi Romani amare, potare; signa, tabulas pictas, vasa caelata mirari; ea privatim ac publice rapere; delubra Deorum spoliare; sacra profanaque omnia polluere. Furius, de P. Umbrenus, et de Q. Annius, dans le oas ou l'on parviendrait k les arreter; puis, entralne par un discours de C. Cesar, il avait d£- clare qu'il passerait du cote de Tibere Neron, qui voulait qu'on. Vivre reellement, c'est aspirer a la gloire, soit par quelque action d'eclat, soit par quelque noble talent. La prodigalite et la cupidite (voy. Pdstquam divitiae honoriesse ccepere, et eas gloria, imperium, potentia sequebatur, hebescere virtus, pauperlas probro haberi, innocentia pro malivolentia duci coepit. Umbrenus, quod in Gallia negotiatus, plerisqueprincipibus civitatium 4 notus erat atque eos noverat. XXII. II. V. Portrait de Catilina. parses : les hommes s'abandonnant aux plus infatnes turpitudes, les femmes prostituant ouvertement leur pudeur; toutes les terres et toutes les mers mises a contribution pour le luxe de la table; le sommeil pr&edant le besoin do dormir; la faim,la soif, le froid,la lassitude', non plus attendus, mais prevenus par une mollesse rafiinee. Sed nostra omnis vis in animo et corpore sita est: animi imperio 4, corporis servitio magis utimur; alterum nobis cum Dis, alterum cum belluis commune est. omnes quos exagitabatflagitium, egestas, animus consoius; ii erant Catilinas proxumi familiaresque. — 2. « L. Catilina a Q. Catulus, salut. III, i, 3.3) : Contracla pisces aaquora sentiunt, Jaetis in altum molibus : huc frequens Casmenta demittit redemptor. XXXVIII et XXXIX (1™ partie). Homo novus. Saepe ipsa plebes, aut dominandi studio permota aut superbia magistratuum, armata a patribus secessit". Page 30 : 1. pvsetevea quod gens Gfallica esset bellicosa natuva, posse facile adduoi ad tale consilium. Pour moi je ne mets pas de differenoe entre leur vie et leur mort, puisqu'on ne parle ni de l'une ni de 1'autre. On a reuni par des traits les mots francais qui traduisent un seul mot latin. car vouloir et ne-pas-vouloir la meme celle-la apres-tout est la solide amitie. . Les Marcius preiendaient descendre du roi Ancus Marcius , de la le surnom de Rex. — 3. Catilina avec ses troupes legeres est sans cesse au premier rang, soutientcenx quiplient, remplaoelesblessespar dessoldatsfrais, pourvoit a tout, oombat lui-mSme souvent et terrasse bon nombre d'ennemis, remplissant tout ensemble les devoirs de brave soldat et de bon general. DIGEESSION. — II serait a desirer qu'on deployat dans la paix la mgrne energie morale qu'on deploie a la guerre : les revolutions seraient plus rares; car ce qui fait les revolutions, c'est que le pouvoir tend toujours apasser du moins meritant au plus meritant. Aborigines. Igitur ciroiter kalendas junias , Lucio Csesare et Caio Figulo consulibus, primo appellare singulos : hortari alios, tentare alios; docere suas opes, rempublicam imparatam, magna prasmia conjurationis.